Afficher tous les 8 résultats

L’Empreinte

«L’Empreinte», le livre-témoignage d’une vie marquée par deux prédateurs sexuels. Le Parisien

L’Américaine Alexandria Marzano-Lesnevich a été abusée par son grand-père dans son enfance, puis a enquêté sur un pédophile tueur d’enfant. Deux histoires qui s’entremêlent racontées dans un livre poignant.

 

La fracture

Une histoire intelligente et subtile qui offre au lecteur une vision différente de la fiction (et de la science-fiction en tant que genre), qui pose horriblement peu de mots et beaucoup de questions. Nina Allan ouvre une brèche qu’elle explore sans la refermer. Ce roman entrelacé est un récit bien pensé.

 

La tempête qui vient

Le deuxième volet du nouveau Quatuor de Los Angeles ! Janvier 1942 : Los Angeles est encore sous le choc de l’attaque de Pearl Harbour, les Américains d’origine japonaise sont massivement arrêtés, des pluies torrentielles s’abattent sur la ville, et un corps est découvert dans Griffith Park à la faveur d’un glissement de terrain.

 

Le Ghetto intérieur

La vie mélancolique d’un homme qui s’invente une vie à l’étranger, tout en devinant puis comprenant la destruction de sa famille en cours, et de millions de personnes. Vicente et Rosita étaient les grands-parents de l’auteur qui écrit aujourd’hui : « Il y a vingt-cinq ans, j’ai commencé un livre pour combattre le silence qui m’étouffe depuis que je suis né ».
Ce roman est l’histoire de l’origine de ce silence.

 

Le sport des rois

Violence, fureur, frénésie, force, sauvagerie… « Le sport des rois », finaliste du Pulitzer, est un roman où les passions tristes animent les principaux protagonistes, notamment ceux qui portent le patronyme de Forge.

 

Ombres sur la Tamise

L’écrivain canadien, auteur du « Patient anglais », fait resurgir dans son nouveau roman le gris Londres d’après-guerre et ses mystères, à travers la quête d’un jeune homme à la recherche de son passé. Avec ses zones obscures, ses épisodes féeriques et ses péripéties dignes d’un roman noir, Ombres sur la Tamise est à la fois un admirable roman de formation et une réflexion sur les troubles de l’Histoire.

 

 

 

Ordesa

En deuil de ses parents, l’écrivain Manuel Vilas ravive le souvenir d’une modeste famille espagnole à l’heure du franquisme déclinant. Un récit délicat et amer.